plein les poches ou plein le coeur

La gratiféria de Guadeloupe se fait connaitre ,les membres affluent et propagent la nouvelle.Ainsi il est désormais possible de se débarrasser d’objets dont nous n’avons pas l’utilité et de prendre ce dont nous avons besoin sans bourse délier!pas d’argent mais le sourire,et la bonne humeur.

Je parlais donc de la gratiféria à ma voisine Man Simone qui n’en croyait pas ses oreilles,la gratuité ?

oui!!on peux prendre sans donner et donner sans prendre,en fonction des besoins.  Man Pikesou sortit de derrière ses persiennes et se joint à la conversation.Le mot gratuité la comblait de joie,enfin elle pourrait se servir à la prochaine gratiféria et se remplir les poches en revendant meubles et vêtements offerts de bon cœur.

Man Simone s’esclaffa :Tchiip!vous n’allez tout de même pas faire commerce de choses offertes dans un élan de solidarité et de partage Man Pikesou?la gratiféria est ouverte à tout le monde et le mouvement consiste à se détourner de l’argent .muryel et moi sommes choquées de votre voracité.

J’expliquais donc à Man Pikesou que la gratiféria n’est pas un marché comme les autres dans la mesure où l’argent n’est plus notre motivation mais le don et le partage.Nous y allons pour éviter le gaspillage,pour tourner le dos à la surconsommation,faire des heureux,pour économiser et non pour s’enrichir.Pas question de se remplir les poches mais de participer à un nouvel art de vivre sans la pression de l’argent qui est bon serviteur mais mauvais maitre*

Man Simone me fit remarquer que l’idée de partager et de faire des rencontres s’apparentait à un commerce d’un autre genre et que loin de vouloir se remplir les poches,elle avait hâte de se rendre à la prochaine gratiféria dans l’espoir de se remplir le cœur.

 

*Proverbe français